Marcher lentement pourrait augmenter le risque de gonarthrose incidente

Et si la vitesse de marche pouvait influencer le risque de développer une gonarthrose ou une coxarthrose ? C’est l’hypothèse à partir de laquelle est partie l’équipe de Chudyk et al. dans une étude parue dans Clinical Rheumatology au début de l’année 2012.

Près de deux mille personnes âgées de 45 ans et plus, originaires de la Caroline du Nord, ont été incluses dans cet essai. Elles ont du répondre à des questions et subir des examens cliniques. Le temps de déplacement était mesuré à deux reprises sur une distance d’environ 2,5 mètres. Les sévérités de l’arthrose du genou et de la coxarthrose étaient évaluées au cours de l’essai grâce à des clichés radiographiques réalisés sous différentes vues. La vélocité était significativement associée à un plus faible risque de gonarthrose incidente, que cela soit d’un point de vue radiographique ou des constatations cliniques. A l’inverse, une vitesse de déplacement plus lente était fréquemment retrouvée, que ce soit pour le risque de gonarthrose ou de coxarthrose.

En conclusion, les médecins avancent qu’une vitesse lente de marche pourrait être un marqueur d’arthrose du genou. Néanmoins, pour confirmer ces résultats, d’autres études sont encore nécessaires.

Article publié le 4 mai 2012 (modifié le 4 mai 2012)

Source : Purser JL et al. Slower walking speed is associated with incident knee osteoarthritis-related outcomes. Arthritis Care Res (Hoboken) 2012 doi : 10.1002/acr.21655. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/...

Laboratoire Croma |  Mentions légales
Arthrose : Tout savoir sur l’arthrose

Numéro vert : 0 800 150 200
Lien non sponsorisé

Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HON Ce site respecte les principes de la charte HONcode.
Site certifié en partenariat avec la Haute Autorité de Santé (HAS).
Vérifiez ici.