Enfin des données chiffrées pour la prévalence de l’arthrose en France !

De nombreuses personnes sont touchées par l’arthrose au-delà de 50 ans, et plus particulièrement les femmes à partir de la ménopause. De nouvelles données épidémiologiques, issues d’une enquête menée par Francis Guillemin et son équipe, ont été présentées, début novembre au Congrès Américain de Rhumatologie (ACR).

Cette vaste enquête téléphonique, complétée par des examens cliniques et radiographiques a permis de confirmer la prédominance de l’arthrose de la hanche et du genou chez la femme, et la très nette augmentation de ces pathologies chez les deux sexes à partir de 50 ans.

Si nous considérons l’arthrose du genou, les résultats montrent que 5,9% des femmes sont concernées entre 50 et 59 ans (contre 4,7% pour les hommes), 10,5% des femmes entre 60-69 ans (contre 6,8% des hommes), et le taux atteint 15,0% pour les femmes âgées de 70 à 75 ans (contre 10,1% des hommes).

Côté arthrose de la hanche, la prévalence est plus faible, puisque 2,2% des femmes entre 50 et 59 ans sont touchées (contre 1,6% des hommes), et ce taux atteint 5,1% pour les femmes âgées entre 70 et 75 ans (contre 3,9% des hommes du même âge).

Ces résultats permettent de confirmer l’importance de l’arthrose du genou et de la hanche chez les hommes et les femmes en France. Si l’arthrose est encore plus fréquente sur d’autres localisations, l’arthrose du genou et la hanche restent les plus invalidantes au quotidien. Ainsi, compte tenu du vieillissement de la population, il faut s’attendre à une très forte augmentation de la prise en charge de ces pathologies dans les années à venir.

Article publié le 26 novembre 2010 (modifié le 6 janvier 2011)

Source : Guillemin et al. ACR 2010-Atlanta-6-10 nov 2010

Laboratoire Croma |  Mentions légales
Arthrose : Tout savoir sur l’arthrose

Numéro vert : 0 800 150 200
Lien non sponsorisé

Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HON Ce site respecte les principes de la charte HONcode.
Site certifié en partenariat avec la Haute Autorité de Santé (HAS).
Vérifiez ici.