Arthrose de la cheville : quels facteurs de risque post-traumatique ?

Les études concernant les éléments favorisant le développement d’une arthrose de la cheville à la suite de fractures malléolaires sont rares. Des chercheurs de l’université de Genève se sont intéressés à cette question dans un travail paru en janvier 2012.

Ils se sont penchés sur une cohorte de patients suivis pour une opération de la cheville consécutive à une fracture malléolaire entre les mois de janvier 1988 et de décembre 1997. Les participants ont été évalués sur la clinique et d’un point de vue radiologique pendant 12 à 22 ans après l’intervention. La présence d’une arthrose à ce niveau était objectivée par les examens radiographiques. Un recueil des données sur les patients servait à établir les différents facteurs favorisant.

Durant la période de l’étude, 373 fractures ont été prises en charge et opérées. L’âge moyen à l’intervention était de 42,9 ans. 102 participants font l’objet d’un suivi (de 17,9 ans en moyenne). 37 patients ont présenté une arthrose avancée de la cheville, soit 36,3 % de la cohorte. Les facteurs de risque significatifs de développer une arthrose de la cheville étaient : le type et la position de la fracture malléolaire, la présence en plus d’une luxation, la valeur de l’indice de masse corporelle, un âge de 30 ans ou plus et le temps écoulé depuis la chirurgie.

Article publié le 5 avril 2012 (modifié le 5 avril 2012)

Source : Lübbeke A, Salvo D, Stern R et al. Risk factors for post-traumatic osteoarthritis of the ankle : an eighteen year follow-up study. Int Orthop. 2012 Jan 17. [Epub ahead of print]. www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/22249843

Laboratoire Croma |  Mentions légales
Arthrose : Tout savoir sur l’arthrose

Numéro vert : 0 800 150 200
Lien non sponsorisé

Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HON Ce site respecte les principes de la charte HONcode.
Site certifié en partenariat avec la Haute Autorité de Santé (HAS).
Vérifiez ici.